Quelle place pour l’enseignement professionnel dans le système éducatif ?

À côté de l’enseignement général et de l’enseignement technologique, l’enseignement professionnel est une composante importante du système d’enseignement. Souvent l’objet de suspicion de la part de certains enseignants, au prétexte qu’il serait inféodé aux intérêts économiques des milieux professionnels, à contrario de certaines idées répandues, l’enseignement professionnel fait, plus souvent qu’on ne l’imagine, l’objet d’un véritable choix de la part des apprenants. Par exemple, les apprenants, élèves, apprentis ou stagiaires adultes qui choisissent l’enseignement et la formation professionnelle aux métiers de l’agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires (enseignement professionnel agricole) sont souvent très motivés.
L’orientation par l’échec n’est donc pas le seul moteur nourrissant les effectifs de l’enseignement professionnel.

Le choix de l’enseignement professionnel peut répondre à des motivations diverses : une recherche de modalités de formation plus adaptées à sa personnalité, une motivation professionnelle, la volonté de s’engager rapidement dans la vie active, etc.

Dans un contexte économique et social où tant de jeunes ont des difficultés à trouver un emploi et où le travail occupe encore une part importante du temps de vie de chacun, il n’est pas saugrenu de vouloir, quand c’est possible, se former à un domaine professionnel auquel on s’intéresse particulièrement.
Ce n’est pas contradictoire avec la mise en oeuvre d’une démarche éducative.
Pour rester sur l’exemple précité de l’enseignement professionnel agricole, celui-ci dispose d’un corps spécifique de professeurs d’éducation socioculturelle très impliqués dans les démarches éducatives et l’action culturelle sur les établissements.

Les enseignants et formateurs qui interviennent dans l’enseignement professionnel en ont souvent une approche positive.

Un système de formation, qui veut prendre en compte les spécificités de tous les apprenants et mettre en oeuvre des parcours différenciés de formation, doit absolument accorder à l’enseignement professionnel la place qu’il mérite.

ENSEIGNER ET ÉDUQUER
L’éducation est un terme général. Elle correspond à la formation globale d’un individu, à divers niveaux. C’est un élément important du développement des personnes. Elle concerne enfants et adultes.
L’éducation des enfants correspond à tout ce que, dans toute société, les adultes cherchent à inculquer aux plus jeunes (croyances, coutumes, valeurs).
L’éducation des adultes, c’est le droit d’apprendre, au sens le plus large possible (droit de lire, d’écrire, de questionner, de réfléchir, d’accéder aux ressources éducatives, de développer ses compétences individuelles et collectives, droit à l’imagination et à la création, etc.).Enseigner, c’est transmettre à la génération future des connaissances (savoir et savoir-faire) et des valeurs considérées comme faisant partie d’une culture commune. Le terme enseignement se réfère plutôt à la transmission de connaissances. Enseigner est éduquer, mais éduquer n’est pas forcément enseigner.L’éducation ne se limite pas à l’instruction des savoir et savoir-faire.
Elle permet aux individus de développer leurs capacités (physiques, intellectuelles et morales) pour qu’ils soient capables de gérer leur vie personnelle comme des citoyens responsables dans la société où ils évoluent.

L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL 

C’est un enseignement en relation avec le monde de l’entreprise, permettant d’acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel.
Il recouvre diverses modalités.

L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL SECONDAIRE
À l’Éducation nationale, il est dispensé dans des lycées professionnels et des lycées techniques. Il peut conduire à un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), à un Brevet d’études professionnelles (BEP), ou au Baccalauréat professionnel (Bac. pro.).
Au Ministère de l’Agriculture, il est dispensé dans le cadre des EPLEFPA (Établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricole) dans lesquels coexistent toutes les voies de formation (générale, technologique et professionnelle). La voie professionnelle peut conduire à un Certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA), à un Brevet d’études professionnelles agricole (BEPA), ou au Baccalauréat professionnel (Bac. pro.).

L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL SUPÉRIEUR
À l’Éducation nationale, il permet d’obtenir un brevet de technicien supérieur (BTS).
Au ministère de l’Agriculture, il permet d’obtenir un brevet de technicien supérieur agricole (BTSA).
Tant à l’Éducation nationale qu’au ministère de l’Agriculture, il est éventuellement possible de poursuivre des études à l’université ou dans une école d’ingénieur pour obtenir une licence professionnelle, un master ou un doctorat.

LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN ALTERNANCE
La formation par alternance revêt plusieurs formes : apprentissage, contrat de professionnalisation ou stage.
Dans la formation par alternance, l’alternant ou l’apprenti se forment alternativement en entreprise et dans un établissement d’enseignement (lycée professionnel, centre de formation d’apprentis, maison familiale rurale ou certaines universités). La formation est dispensée par le centre de formation et par une entreprise d’accueil où il a un statut particulier, salarié ou stagiaire indemnisé ou non. La fréquence de l’alternance varie selon les formations.
Dans la plupart des cas, l’alternance est pratiquée pour des enseignements professionnels.
L’alternance est souvent associée à un Contrat de travail spécifique (contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation). Elle peut aussi se faire sous statut scolaire comme dans les lycées professionnels ou les Maisons familiales rurales (MFR) qui ont un contrat de participation au service public d’Éducation avec le ministère de l’Agriculture.
Le rythme de l’alternance doit respecter le droit du travail (horaires notamment) et permettre la formation en entreprise et en Centre de formation.
L’alternance demande une organisation particulière de la part de l’employeur, de l’alternant et du centre de formation. L’évaluation de l’alternant est conjointe entre le centre de formation et l’entreprise. L’alternance est une situation de formation mettant en synergie les deux lieux de formation (entreprise / centre de formation) et les types de formateurs (maître d’apprentissage ou tuteur / enseignant). Elle établit le lien entre le monde de l’enseignement et celui de la réalité professionnelle. L’alternance s’inscrit dans une logique d’individualisation des itinéraires de formation. Pour que l’alternance soit efficiente, l’entreprise doit disposer des moyens humains, tels que tuteur en entreprise ou maître d’apprentissage, et d’une organisation interne particulière pour suivre l’alternant. Le centre de formation doit suivre les entreprises d’accueil, assurer une formation adaptée au rythme de l’alternance, prendre en compte les questions et problèmes découverts par les alternants lors de leurs périodes pratiques en entreprise. Par rapport à un parcours classique, l’alternant a une charge de travail supplémentaire. En contrepartie, il bénéficie d’une expérience professionnelle. Par ailleurs, le titulaire d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation est rémunéré selon des modalités variables et verse des cotisations. L’alternance fait preuve d’une capacité d’insertion car elle permet aux alternants d’acquérir une expérience professionnelle en entreprise (un atout dans la recherche d’un emploi). C’est un facteur d’insertion des jeunes sur le marché du travail.

ZOOM SUR L’APPRENTISSAGEL’apprentissage est une voie de formation pour acquérir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme professionnel.Les centres de formation d’apprentis (CFA) dispensent une formation générale, technologique et pratique. En contact étroit avec le monde professionnel, ils pratiquent une pédagogie spécifique à l’apprentissage de chaque métier.
L’apprentissage associe une formation chez un employeur et des enseignements dispensés dans un centre de formation d’apprentis.
Le temps de formation dans un CFA varie selon le diplôme professionnel préparé.).
Le CFA dispense les enseignements nécessaires pour préparer le diplôme prévuL’apprenti n’est pas un élève. Il a un statut de salarié d’entreprise qui bénéficie des droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations. Il est rémunéré.
Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail à durée déterminée qui lie un employeur et un apprenti. L’apprenti travaille pour l’employeur et perçoit un salaire en contre partie.
Il est soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives.
Au CFA, l’apprenti « étudiant des métiers » suit tous les enseignements prévus dans les programmes et les règlements d’examen.
Sa formation s’effectue aussi au sein de l’entreprise pour laquelle il travaille. Il est placé sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage choisi en fonction de ses connaissances professionnelles. Celui-ci l’accompagne tout au long de sa formation pour lui transmettre ses connaissances et savoir-faire, et est en relation avec le centre d’apprentissage.Des aides financières existent pour les apprentis et leur famille (allocation de rentrée scolaire, aides financières spécifiques. Le salaire de l’apprenti est exonéré d’impôt sur le revenu jusqu’à un certain seuil fixé chaque année. Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu’aux 20 ans de l’apprenti, si sa rémunération n’excède pas un plafond.
Comme tout jeune salarié, l’apprenti peut bénéficier d’allocations d’aide au logement et d’un accès privilégié aux foyers de jeunes travailleurs.
(Sources : Ministère de l’Education nationale et Ministère de l’Agriculture)

LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE
La formation professionnelle continue permet d’acquérir une qualification professionnelle nouvelle, une spécialisation, un perfectionnement, d’améliorer son niveau de qualification ou d’acquérir des compétences générales suffisantes pour accéder à une formation qualifiante. À l’Éducation nationale, elle est dispensée dans les GRETA. Au ministère de l’Agriculture, elle est dispensée dans les CFPPA.
GRETA et CFPPA sont des organismes publics de formation soumis à la concurrence dont les propositions sont retenues si elles sont à la fois efficaces et compétitives.

Les GRETA
Groupement d’Etablissements (Formation Continue)Les GRETA sont les structures de l’éducation nationale qui organisent des formations pour adultes dans la plupart des métiers. On peut y préparer un diplôme du CAP au BTS ou suivre un simple module de formation.Qu’est-ce qu’un Greta ? : Un GRETA est un groupement d’établissements publics d’enseignement qui mutualisent leurs compétences et leurs moyens pour proposer des formations continues pour adultes.
Les établissements qui peuvent s’associer pour le créer sont les collèges, les lycées d’enseignement général et technologique et des lycées professionnels.
Il y a en France au moins un GRETA par département (210). Les Greta sont des groupements d’établissements, les prestations de formation se déroulent sur de nombreux lieux (6500).
Les Greta proposent aussi des formations en ligne.
Chaque GRETA est créé par une convention conclue entre les établissements et approuvée par le recteur. Celui-ci fixe leur nombre et leurs zones d’intervention respectives.

Missions et prestations 

Principales missions : Accueillir et orienter le public adulte, salarié ou demandeur d’emploi ; aider à la définition du projet et du parcours de qualification ; mettre en place les formations et prestations définies.

Principales prestations : Réaliser des bilans de compétences ; aider à l’élaboration des projets professionnels ;organiser des bilans de carrière ; faire acquérir une formation professionnelle ; aider à la reconversion professionnelle, préparer à un métier ; remettre à niveau ;développer les compétences des personnels ; former aux langues étrangères ; préparer aux diplômes professionnels du CAP au BTS ; accompagner les candidats à la validation des acquis de l’expérience (VAE) ; aider à préparer les concours d’entrée dans les différentes fonctions publiques ; former aux technologies d’information et de communication ; accompagner des demandeurs d’emploi dans le retour à l’emploi.

Organisation des formations : Les durées de stage varient et dépendent des objectifs poursuivis. Certaines sessions de formation mixent les publics : salariés, demandeurs d’emploi, individuels payants. D’autres sont réservées aux personnes désignées par un même client (formations intra-entreprises).
Les formations se déroulent pendant le temps de travail ou hors temps de travail, la journée ou le soir, sur un ou plusieurs jours consécutifs ou sur des sessions plus longues, dans les locaux du Greta ou dans ceux de l’entreprise cliente.

Formation sur mesure : Les formations, collectives ou individualisées, sont souvent conçues sur mesure. Chaque stagiaire est positionné avant l’entrée en formation.
Les parcours tiennent compte des acquis et du projet individuel ainsi que des rythmes d’apprentissage et des disponibilités. À l’issue de la formation, le stagiaire bénéficie d’un bilan personnalisé.
Les modalités d’intervention sont différenciées : formation face à un formateur, formation en groupe ou individuelle, coaching, formation à distance accompagnée.

Formations en alternance : Les formations ont souvent lieu en alternance avec des périodes de travail en entreprise et des périodes en centre de formation. Elles s’organisent en partenariat avec les entreprises. Le contrat de professionnalisation est le support le plus courant de ce type de formation.

Organisation du réseau des Greta : Le réseau des Greta est organisé au niveau local, régional et national.

Domaines et niveaux de formation : Presque toutesles filières de formation sont dispensées mais chaque GRETA a une offre qui lui est propre.

Les domaines de formation sur lesquels les GRETA interviennent concernent les services, l’industrie, les métiers rares  (métiers d’arts, …) et les langues étrangères.

Qui se forme dans un GRETA ? : Les salariés (dans le cadre du plan de formation, du congé individuel de formation, du droit individuel à la formation, des périodes de professionnalisation), les demandeurs d’emploi, les jeunes adultes en insertion professionnelle (dans le cadre : des contrats de travail « aidés », des contrats de professionnalisation), les particuliers.

Publics concernés : Les ouvriers, employés et techniciens de l’industrie, du commerce ou des services ainsi que les demandeurs d’emploi qui souhaitent se former pour travailler dans ces secteurs.

(Source : Ministère de l’Education nationale)

Les CFPPA
Centre de Formation Professionnelle et de Promotion AgricoleLes CFPPA sont les structures du Ministère de l’agriculture organisant les formations professionnelles pour adultes dans les secteurs professionnels de sa compétence.Les CFPPA sont intégrés aux EPLEFPA (Etablissements Publics Locaux d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricoles).
Le CFPPA est l’un des centres constitutifs de l’EPLEFPA à côté du LEGTA (Lycée d’enseignement général et technologique agricole), du CFAA (Centre de formation d’apprentis agricole), des exploitations agricoles et/ou ateliers technologiques présents sur ces établissements.Le CFPPA propose des formations à destination des adultes (personnes sorties du système scolaire depuis plus de 6 mois), qu’ils soient en activité professionnelle ou en recherche d’emploi.Les parcours de formation proposés dans les CFPPA ne relèvent ni du cadre « scolaire » ni du cadre de l’ »apprentissage » (réservé au moins de 26 ans) mais de la formation professionnelle continue. Ils proposent une formule de formation en alternance accessible aux plus de 26 ans (contrat de Professionnalisation).La durée de formation dans les CFPPA varie selon les formations, et est adaptée en fonction du niveau initial du stagiaire.

Les diplômes préparés sont ceux de la voie scolaire, technologique ou professionnelle : CAPA, Bac Pro, BTSA…, auxquels s’ajoutent des diplômes, certificat ou titres spécifiques à la formation professionnelle continue (Brevet professionnel, Certificat de spécialisation …).

Les CFPPA proposent aussi des formations courtes sur des thèmes spécifiques et préparent à l’installation des jeunes agriculteurs au travers du stage préparatoire à l’installation et en tant que centre d’accueil et de conseil.

Ils accompagnent également, comme les GRETA, les candidats souhaitant acquérir un diplôme par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).
(Source : Ministère de l Agriculture)

Photo : fronton du lycée agricole de Douai-Wagnonville par Remi Mathis (Own work) [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Vous pouvez télécharger le dossier complet en format pdf ici : «Questions d’éduc» n°3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s