La réussite éducative : une question de promotion de la santé

Contribution du SNMSU-Unsa dans le cadre de la refondation de l’école

La priorité de la réussite éducative est rappelée grâce à la création d’un ministère qui lui est spécifiquement délégué où seront traitées « des questions relatives à la mise en place des mesures de réussite éducative de tous les élèves ». N’est-il pas nécessaire de s’interroger sur cette notion et sur les enjeux ?

On peut déjà retenir que la circulaire des missions de ce ministre précise que ce champ inclura « les actions d’accompagnement éducatif conduites dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires », l’amélioration « des dispositifs d’orientation », ainsi que ceux « concourant à la prise en charge des élèves les plus en difficulté ». C’est à elle aussi que reviendra de « mettre en oeuvre la politique d’innovation et d’expérimentation », « les conditions d’accueil et d’intégration des élèves handicapés » et plus largement « la santé des élèves ».

Mais qu’en est-il de cette idée de réussite éducative ?
Cette notion apparait dans les années 1980 pour évoluer vers le Projet Educatif Local dans les années 2000 (Mise en place du Contrat Éducatif Local).
Les dispositifs varient en étant soit dans l’éducation nationale (RASED, politique de santé des élèves), soit en mettant l’accent sur le territoire avec les partenaires locaux (les contrats Ville enfance Jeunesse, les projets éducatifs locaux, cellules de veille éducative par exemple). On se rend rapidement compte que dans les textes, il y a une multitude de termes associés au sens plus ou moins restrictif comme éducation prioritaire, réussite scolaire mais il y a une volonté d’associer des partenaires extrascolaires…
Comme telle, cette idée apparait dans le Plan de cohésion sociale, loi de programmation pour la cohésion sociale du 18 janvier 2005 qui comporte, dans son volet «égalité des chances», un volet concernant la réussite éducative avec la création de dispositifs dits « de réussite éducative ». La réussite éducative est un dispositif national qui s’adresse prioritairement aux enfants et aux adolescents de 2 à 16 ans scolarisés dans des établissements des premier et second degrés relevant des zones d’éducation prioritaire et/ou habitant dans des quartiers inscrits dans la géographie de la politique de la ville.
Si cet axe de politique s’adressait à des populations ciblées, l’impulsion semble avoir été réduite ces derniers temps à des projets (internat) ou des territoires spécifiques (zone ECLAIR). Lire la suite →

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s