Pour une politique des langues

Par Charles Conte de la Ligue de l’enseignement

Conte_ch

On ne peut réfléchir de façon cohérente à l’enseignement des langues régionales qu’en le replaçant dans le cadre d’une politique générale des langues :
• l’hégémonie de la langue anglaise – commerce international, finance, diplomatie, sciences et techniques…
• la mort des langues – des 6.000 langues qui existent dans le monde, au moins la moitié d’entre elles s’éteindront au cours de ce siècle ;
• mais aussi la prise de conscience croissante qui se traduit, en particulier dans les nouvelles générations, par une reconnaissance mutuelle de la légitimité et de l’intérêt intrinsèque de cette diversité linguistique ;
tout cela est à prendre en compte.

À ces éléments, il faut associer un constat historique. En 1794, l’abbé Grégoire indique, dans son rapport, que le français est ignoré des trois quarts de la population. En 1999, date de remise du rapport de Bernard Cerquiglini, tous les Français parlent français.
« La langue de la République est le français » affirme l’article 2 de notre Constitution. Au-delà de son statut politique et symbolique, il faut encore beaucoup travailler pour que la maîtrise de la langue française soit effective pour tous.
Tel est l’axe incontestable de notre politique. Le deuxième volet de cette politique est la francophonie, face à l’hégémonie de l’anglais et de par sa légitimité propre, même s’il faut distinguer le français langue vernaculaire et le français langue de l’ex colonisateur. Le troisième volet prend acte du fait qu’environ deux millions de Français parlent une langue régionale et que deux autres millions en comprennent une. L’article 2 de la Constitution ne s’oppose évidemment pas à cet usage.

Comme l’écrit Christian Nique, alors recteur de l’académie de Montpellier : « Le premier devoir de l’École est de faire maîtriser parfaitement le français à tous les enfants de France. Mais rien ne justifie aujourd’hui que l’on ignore la diversité de nos langues de France, leurs beautés, leurs histoires, leurs spécificités… ».*
Ainsi il est vrai que, selon l’article 75 de la Constitution, « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Mais ce constat est insuffisant et le débat doit être ouvert. D’abord parce que les langues régionales ne sont pas qu’un patrimoine : elles sont vivantes. Ensuite parce que les langues minoritaires pratiquées en France ont droit à la même reconnaissance. Enfin parce que le créole, le romani ou les langues kanak nécessitent des approches spécifiques.

Pour mettre en oeuvre cette grande politique, la Ligue de l’enseignement préconise la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il faut lire rationnellement ce texte : ce qui est écrit et non ce qu’on imagine. Le principe de la « souveraineté et de l’intégrité des États » y est expressément assuré. Aucune des dispositions de la Charte « ne peut être interprétée comme limitant ou dérogeant aux droits garantis par la Convention européenne des Droits de l’Homme ». Chaque pays s’engage « dans la mesure où cela est raisonnablement possible ». En France, tout le monde parle français et personne ne peut exiger des actes judiciaires ou des contrats de travail dans une autre langue. Il faut enfin préciser que, du point de vue républicain et laïque, la place des langues régionales ou minoritaires doit être assurée de préférence dans l’enseignement public, dans des conditions de travail correctes. Même si l’hypothèse d’une loi-cadre n’est pas à écarter, cette ratification devrait contribuer à maintenir et à développer les richesses culturelles de l’Europe devant une mondialisation niveleuse de toutes les spécificités culturelles.

* Précis d’occitan et de catalan de Claire Toreilles et Mary Sanchiz, CRDP Montpellier

Vous pouvez télécharger le dossier complet en format pdf ici : «Questions de société» n°3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s