Éducation : des pistes de remédiation

small__5078981384Les ministres de l’Éducation nationale, des Droits des femmes et la ministre déléguée à la Réussite éducative se sont engagés à signer prochainement une nouvelle version de la « convention interministérielle pour la promotion de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif ».
La convention 2012-2017, en cours d’élaboration, « réaffirme la nécessité de développer une approche globale dans la démarche éducative, notamment dans le cadre de l’orientation et de l’Éducation à l’égalité des sexes ». À cet effet, ils ont souligné l’importance d’impliquer « l’ensemble des personnels qui concourent à l’Éducation et à l’orientation des élèves » :
• dans le cadre des « Écoles supérieures du professorat et de l’Éducation », en imposant un module sur l’égalité garçons-filles dans la formation de tous les personnels enseignants et de l’encadrement ;
• en expérimentant dans au moins cinq académies, un travail dès le CP sur les stéréotypes ;
• en expérimentant, début 2013, dans huit Régions, des partenariats entre l’État et les Conseils régionaux au niveau de l’orientation ;
• en travaillant en partenariat sur la question de la « double mixité » dans les filières et les métiers, en lien avec les branches professionnelles et notamment l’industrie ;
• les inspecteurs (IA-IPR IEN) devraient être également impliqués dans ces actions, suivant l’exemple de la mission académique que ces derniers pilotent dans l’académie de Créteil pour « l’égalité filles-garçons et la lutte contre l’homophobie ».

Par ailleurs, 2013 est déclarée, année de mobilisation pour « l’égalité entre les filles et les garçons à l’école ». Voir sur le site du ministère. Dans l’Enseignement supérieur, Une « charte pour l’égalité femme-homme dans l’Enseignement supérieur et la Recherche » vient d’être signée par les ministres de l’Enseignement supérieur et des Droits des femmes. Le texte a également été ratifié par la Conférence des grandes écoles, la Conférence des présidents d’université et la Conférence des directeurs des écoles d’ingénieurs. Quarante mesures sont déclinées pour lutter contre le sexisme et les discriminations encore trop présents tant chez les étudiants que parmi le personnel, les enseignants, les chercheurs et les dirigeants. Voir le site du ministère de l’Enseignement supérieur.

Le SIEN-UNSA Éducation, Syndicat des Inspecteurs de l’Éducation Nationale, participe à l’expérimentation de l’académie de Créteil :« Éviter les stéréotypes au sein des enseignements », « Travailler sur les représentations (des métiers, de l’orientation sexuée…) », « Prévenir la violence sous toutes ses formes et agir face aux actes de violence » :
plusieurs objectifs du projet de l’académie de Créteil concernent l’égalité filles-garçons. Pour accompagner la réflexion sur cette question et favoriser les initiatives, une mission académique « Égalité filles-garçons et lutte contre l’homophobie », pilotée par les corps d’inspection, mène diverses actions.Grâce à un groupe de travail intercatégoriel, cette mission :
• produit des outils, comme la grille d’observation de la classe à l’aune du genre, disponible sur le site internet qui permet aux enseignants et enseignantes de s’interroger sur leurs pratiques ;
• participe à des actions de formation destinées à différents personnels (l’égalité filles-garçons appartient, par exemple, à la formation transversale de l’ensemble des professeurs et professeures et CPE stagiaires du second degré) ;
• collabore avec de multiples partenaires (services de l’État, collectivités locales, associations et entreprises), avec lesquels elle agit dans le cadre de conventions signées par le rectorat, dont la convention régionale pour l’égalité entre les filles et les garçons, les hommes et les femmes dans le système éducatif et le plan régional stratégique pour l’égalité entre les femmes et les hommes.Ces conventions ont notamment permis l’élaboration d’un mémento diffusé en Île-de-France au début de l’année 2013 et destiné à aider les chefs d’établissement à faire de l’égalité entre les filles et les garçons une composante de leur projet d’établissement.

L’avis de la Fédération UNSA Éducation ! Des initiatives intéressantes qui ne doivent pas laisser de côté la collaboration avec les parents, la sphère privée influant encore grandement, également, sur le choix de l’orientation. Les ministres entendent travailler étroitement avec les collectivités territoriales, l’Enseignement supérieur et les partenaires sociaux. À l’UNSA Éducation, nous le souhaitons et nous y sommes prêts.

photo credit : Pink Sherbet Photography via photopin cc

Vous pouvez télécharger le dossier complet en format pdf ici : «Questions de société» n°5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s