L’École rurale est une école de proximité

medium_2486612500Dans un village, l’école est comme la mairie ou l’église.
Elle est une partie structurante du village, perçue par tous ses habitants :

  • C’est un lieu de vie sociale, un espace d’échange culturel au sein d’une communauté facilitant le partenariat entre parents d’élèves, enseignant et municipalité.
  • Elle est proche de l’habitation des enfants. Il n’y a pas de rupture avec leur lieu de vie. Elle ne nécessite pas de longs trajets pour s’y rendre.
  • Lors des activités extérieures au périmètre de l’école, la classe va à la rencontre du village et de ses habitants.
  • Les enfants forment des groupes dans l’école et en dehors, tissent des liens entre eux et font ensemble des activités hors de l’école.
  • Cette école est liée à son territoire. Les enfants appartiennent au groupe classe, au groupe école, au groupe village.
  • Le village n’est pas toujours un vase clos pauvre culturellement. Par ailleurs, le milieu rural est riche de sa nature et du monde vivant qui l’entourent. Pour aider les enfants des écoles à aller au musée et au spectacle plus souvent, des solutions existent.

L’École rurale, en tant que petite structure hétérogène ancrée dans un territoire proche, est un atout pour les enfants qui y passent leur scolarité. Les élus locaux doivent la doter des moyens dont elle a besoin pour fonctionner et convaincre les services de l’État qu’elle ne doit pas être sacrifiée. 

Les dispositifs particuliers à l’École rurale
Pour remédier à certaines difficultés spécifiques des écoles rurales, des dispositifs particuliers ont été mis en place.

Les regroupements pédagogiques communaux et intercommunaux
Un regroupement pédagogique associe plusieurs écoles à faibles effectifs scolaires pour constituer une école à cheval entre plusieurs sites d’écoles. Certains niveaux sont implantés dans une école et d’autres sont implantés dans une autre école. Lorsque les écoles sont situées dans des communes différentes, on parle alors de regroupement pédagogique intercommunal ou RPI.

Les regroupements pédagogiques intercommunaux ont sauvegardé et amélioré la scolarisation des enfants en milieu rural. Mais il n’existe pas de législation les concernant. La disparition progressive des écoles à classe unique a donné naissance aux RPI, fréquents en milieu rural.

Le RPI peut être organisé dans le cadre d’un EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale) auquel les communes ont transféré les compétences relatives au fonctionnement des écoles publiques (RPI  » adossé  » à un EPCI) ou pas (RPI  » non adossé  » à un EPCI). Le RPI  » non adossé  » à un EPCI est une  » entente intercommunale « , le RPI « adossé » à un EPCI est encadré par les règles de fonctionnement de l’EPCI.

Les élèves sont regroupés soit par niveau scolaire sur plusieurs sites (RPI éclaté ou dispersé), soit tous niveaux sur un même site (RPI concentré). Les RPI « dispersés » sont fondés sur le regroupement des divers cycles de l’école primaire dans des écoles communales différentes. Ils permettent de maintenir une école dans chaque village, d’utiliser les locaux scolaires de chaque commune, de constituer des cycles homogènes, (pour réduire le nombre des niveaux dans la même classe), et de constituer des groupes plus nombreux. Les communes associées regroupent les effectifs d’enfants à scolariser et les accueillent dans de meilleures conditions. Mais ce dispositif comporte des inconvénients : gestion difficile, moyens de transports coûteux, mobilité imposée aux élèves qui sont obligés de se déplacer au cours de leur scolarité.

Les RPI « concentrés » rassemblent les élèves dans une seule école. Ils ont pour inconvénient principal d’entraîner la disparition des petites écoles. Ce dispositif est encouragé par l’institution scolaire, pour des raisons de coût et d’efficacité de gestion, mais il est mal accepté par les élus locaux et les parents d’élèves.

En 2001, l’Enseignement public comptait 1 013 RPI concentrés et 3 755 RPI dispersés. Ils concernaient 8,6 % des classes et 8 % des élèves. Ces pourcentages étaient supérieurs en zone rurale isolée.

En 2012-2013, selon l’INSEE, la France comptait 299 RPI concentrés maternelles et 1 012 RPI concentrés élémentaires (soit 1 311 RPI concentrés) et 7 531 RPI dispersés maternelles ou élémentaires.

Crédit photo : Christopher Chan via photopin cc

Vous pouvez télécharger le dossier complet en format pdf ici : «Questions d’Éduc» n°10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s