Sans hai(n)e 

9947317_834b7caf25_o

Les vacances sont un moment privilégié pour pratiquer les jeux de lettres, de mots et autres réflexions lexicales. L’un m’a été inspiré par une réflexion sur les indispensables évolutions des approches éducatives, en me demandant comment passer du réflexe « con » aux démarches « co ». La réponse va de soi, il suffit de supprimer « n ». Est-ce à dire qu’un monde sans haine verrait remplacer la confrontation et la concurrence par la coopération et la collaboration ? Ou inversement que cette substitution ferait disparaître la haine ?

C’est ce choix qui a présidé, il y a soixante-cinq ans à la création de l’Europe. Remplacer l’opposition par l’union, la concurrence par la co-production et pas seulement dans les idées, mais dans le concret des échanges économiques, selon un double principe : celui qu’ensemble on est plus forts et que c’est en construisant ensemble qu’on apprend à se connaître, à s’apprécier et donc à fraterniser : la coopération contre la confrontation et la haine.

Cette belle idée, mériterait certainement d’être méditée régulièrement par les responsables politiques car elle est certainement la clé en Europe comme ailleurs dans le monde de la construction d’une société plus juste, plus solidaire, plus humaniste… Une manière d’abandonner le réflexe « con » avec son lot de confrontation, de concurrence, de condescendance, de condamnation, de conformisme et –obligation orthographique- de comparaison et de compétition, pour passer aux démarches « co » comme coéducation, co-construction, coresponsabilité, coopération, collaboration, co-invention… Remplacer le « contre » par le « avec ».

Ne nous y trompons pas, tous les mots débutant par la syllabe « con » ne sont à condamner. On revendique de pouvoir continuer à construire de concert, consolider sa connaissance en se concertant, ou encore converser et se consulter pour –après conseil- conclure à contre-courant… Par contre il nous faut convenir qu’un excès de concentration de capitaux et de contrôle convergeant dans les mêmes mains conduit à concocter une société confuse et entretient la convoitise et le sentiment de conspiration.

De même tous les mots débutant par « co » ne sont pas aussi corrects et cotés. Ainsi si l’on aime le copain, ce camarade avec lequel on partage tout –y compris le pain-, on n’apprécie moins le coquin, lorsqu’il s’agit d’un scélérat sans honneur ni probité…

Tout ne dépend pas du préfixe, d’autant qu’en la matière « co », « con », « com » ne sont que des variantes du préfixe latin « cum » qui signifie « avec » et exprime (selon le dictionnaire Hachette) le concours, l’union –justement ce qui était contenu dans la « communauté européenne » devenue « union ».

Reste que sans « n » et sans haine, notre monde serait un mode de vie correspondant à notre vision de l’humaniste et compatible avec le bonheur de tous.

Denis Adam, le 29 juillet 2015

Crédit photo : Jussi-Pekka Erkkola cc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s