Pour les daronnes… respect !

Le mot n’est pas nouveau… Loin de là. On trouve son utilisation déjà aux XVII et XVIIIème siècle. Pas toujours très positif, d’ailleurs. Pourtant il y a des notions d’autorité et de respect de terme argotique qui signifie « mère » et féminise le daron, ce « maître de maison ».

Bien qu’il désigne des femmes très diverses, il est largement utilisé par les jeunes aujourd’hui et mis à l’honneur par les rappeurs, pour lesquels il renvoie souvent aux femmes « des quartiers », « des cités ». Ces femmes qui se mobilisent, appellent au calme, tendent d’éviter les embrasements, cherchent d’autres solutions que les affrontements, s’opposent à la violence.

Déjà en 1995, des collectifs de femmes s’étaient constitués après la sortie du film « La haine » de Mathieu Kassowitz. Inquiètes pour l’image et l’avenir de leurs « banlieues », les femmes avaient su réagir et chercher à construire du positif.

Dans le contexte de « l’affaire Théo », beaucoup d’observateurs ont souligné que ces « daronnes » étaient devenues les « ultimes remparts anti-émeutes » (comme l’écrivait Louise Couvelaine dans le Monde du 15 février) ou les « mères courages des quartiers » (pour reprendre les mots de Ouest France du 27 février).

« La femme est l’avenir de l’homme ». Les mots du poète seront abondamment surutilisés en cette journée des droits des femmes. Elle est évidemment l’occasion de revendiquer l’égalité et de redire (ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant) que femmes et hommes doivent avoir les mêmes droits, les mêmes accès, les mêmes libertés, les mêmes reconnaissances, la même dignité.

Il n’est pas inutile non plus, dans une telle journée, de rappeler aussi – et peut-être surtout- que dans de nombreux lieu en France et dans le monde, au quotidien, face à des événements dramatiques ou inacceptables, ce sont le plus souvent les femmes qui, les premières, prennent conscience des impasses des enfermements, des affrontements, de la violence. Elles qui alertent. Elles qui ont le courage de prendre la parole. Elles qui agissent, cherchent des solutions. Elles qui font changer les regards. Elles qui savent mêler les fils de la tradition et ceux des évolutions pour tisser le tissu culturel d’un avenir commun.

Anonymes, inconnues ailleurs que dans leur lieu de vie, à quelques-unes, elles savent transmettre aux autres femmes et aux hommes (pères, maris, voisins, fils…) la sagesse qui trop souvent manquent pour construire une société de paix et d’entente.

Elles ne sont pas toutes, loin de là, des mères biologiques. Elles sont des femmes actives. Certaines travaillent d’autres non. Elles sont jeunes, plus ou moins. Elles habitent dans les régions, les quartiers, les centres-villes. Elles sont des mères, des sœurs, des filles, des amies, des voisines. Mais toutes, elles sont reconnues pour les responsabilités qu’elles assument dans leur environnement, auprès de leurs proches, pour l’autorité naturelle avec laquelle elles font bouger les lignes de démarcation et proposent de transformer la colère en une énergie positive pour aller de l’avant.

Aussi, lorsque les jeunes les appellent « daronnes », c’est avec reconnaissance et respect.

Denis Adam, le 8 mars 2017

Crédit image : affiche du documentaire Infrarouge «Nos mère, nos daronnes»

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s