Entre traditions culturelles et modernité, un exemple polynésien

Reconnaître l’autre comme un pair, un égal est essentiel pour envisager de faire société. Cette reconnaissance nécessite connaissance et ouverture d’esprit. C’est là la mission essentielle de la culture. Une culture plurielle, mélangée sans cesse renouvelée à l’opposé d’une culture figée, normée, supérieure[i].

Plutôt qu’opposer patrimoine et modernité, il s’agit d’amener les enfants, les jeunes et plus largement tous les apprenants à s’approprier le passé pour dire le présent et penser le futur. L’art sous toutes ses formes, raconte l’histoire des peuples, véhicule des messages, dévoile des pratiques, explore des univers. Il interroge, critique, bouleverse. Dans certaines régions du monde, comme l’Océanie, il existe un déséquilibre entre art traditionnel et art contemporain. L’art traditionnel attire les curieux, les voyageurs, les touristes. Parfois, il est difficile pour la jeunesse d’interroger et de critiquer sa culture et son patrimoine, puis de s’en emparer pour s’exprimer dans son époque. C’est sur ce constat que se fonde le projet éducatif du Centre des Métiers d’Art de Papeete, Polynésie Française.  Donner les connaissances pratiques et culturelles des arts du Pacifique : le dessin et  le tatouage, la sculpture sur bois, la gravure sur nacre, les arts du textile et du végétal. Et développer une expression contemporaine avec ses fondements patrimoniaux. Chaque année, une quinzaine de jeunes suivent un cursus de formation et sortent avec du travail, et pourtant les dirigeants du Centre sont encore  à la recherche de la reconnaissance des institutions (Etat et Pays) pour délivrer des diplômes à la hauteur de la qualité de la formation dispensée. Le Centre des Métiers d’Art organise aussi le Putahi, un rassemblement d’artistes contemporains océaniens : Nouvelle Zélande, Hawaii, Fidji, Tonga, Nouvelle Calédonie, …Partages, expositions, conférences, symposiums pour permettre de tisser des liens entre les peuples insulaires.

Est-ce que l’art ancien est présent dans la production actuelle ? Est-ce que la référence aux mythes et légendes se retrouve dans l’expression contemporaine ? Le travail engagé par les artistes donne –t-il des solutions aux maux de la société ? Autant de questions qui seront abordées au cours du Putahi de juin 2017 qui a pour thème : la définition de la création insulaire.

La culture ouvre des fenêtres sur le monde, elle permet de le voir sous des angles différents, et donc de mieux pouvoir l’appréhender et le comprendre. Elle permet la connaissance et la reconnaissance de  l’autre et rend ainsi possible le mieux vivre ensemble. L’Education, c’est la culture en construction.[i]

[i]Manifeste Oxygène(s) de l’UNSA Education

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s