L’urgence de ralentir et de rêver

Réformes de l’éducation menées tambour battant par un ministre « en marche » dont la formation politique porte dans son nom le stress qu’elle engendre, enfants épuisés par la « réforme des rythmes », travailleurs, parents, syndicalistes en surcharge mentale ; tous contraints de seulement ré-agir à ce que d’autres leur imposent et qui ne peuvent plus prendre le temps de la pause, de la pensée critique et de la rêverie.

Il est urgent de ralentir !

Si notre tête ne le fait pas, c’est notre corps qui le fait à notre place : blessures, burn out, dépression chez l’adulte, hyper-activité, troubles de l’attention chez l’enfant.

Alors osons ralentir !

Osons une éducation qui prend son temps, qui va autrement « au bout du programme » en laissant les enfants et les jeunes rêvasser, patouiller la terre dans le jardin, philosopher, méditer et se relaxer. Osons une journée du rêve ou du « rien » à l’école, au collège, au lycée, à l’Université, dans notre section syndicale.

Osons un périscolaire sans activité, une « respiration éducative » où l’animateur se « contente » d’aménager des espaces, de mener un cercle de parole, d’observer avec les enfants les fourmis et les lézards, d’être à l’écoute des petits secrets et gros soucis.

Faisons le pari d’éduquer les enfants à prendre leur temps pour que demain ils construisent un monde apaisé, plus respectueux de la santé individuelle et plus à l’écoute des enjeux sociaux et environnementaux.

Osons ne pas aller à la 3ème réunion en un mois du Conseil Supérieur de l’Education et organiser à la place dans le couloir une séance de concertation sous forme de brainstorming ou de photolangage avec des lycéens, des parents, des militants où l’on imagine le Bac de demain.

Je rêve ? Eh bien oui, je rêve …

Eh bien, oui ! je rêve comme nous y invite notre Manifeste Oxygène(s) à d’autres formes de pratiques éducatives et syndicales. Je me consacre activement à rêver car l’Histoire nous a enseigné que toutes les transformations sociales ont été précédées de rêve et d’utopies.

Laurence Druon le mercredi 28 mars

Publicités

Une réflexion sur “L’urgence de ralentir et de rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s