« Apprends-moi à penser seul ! »

Apprends-moi à penser seul, c’est la devise de Maria Montessori pour les 6-12 ans. Aujourd’hui, on constate un engouement dans l’école maternelle française pour les outils inspirés de la pédagogue italienne. Engouement que l’on retrouve aussi dans les grandes surfaces culturelles ou librairies : que de livres, jeux, et autres matériels en boîtes estampillés Montessori ! Mais l’enfance ne s’arrête pas à 6 ans !

Finalement, qui, (à part les spécialistes formés en Institut Montessori), se souvient que cette dame a patiemment développé des principes éducatifs pour toute l’enfance et l’adolescence ? Et qu’au-delà même d’une pédagogie, c’est une philosophie, un regard et des principes sur la vie qui constitueront l’adulte responsable. Maria Montessori (1870-1952) était médecin, elle a basé sa pédagogie sur des observations (d’abord d’enfants déficients, puis d’autres enfants dans sa première structure éducative-Casa dei Bambini-), des recherches et une vision humaniste de la société. Elle a publié une dizaine d’ouvrages pour exposer ses principes d’éducation. Et donc, les résumer à du matériel, de l’autonomie et la maxime « apprends-moi à faire seul », rendue très populaire, est vraiment très réducteur !

Pour comprendre, la visée d’éducation globale de Maria Montessori, un ouvrage vient de paraitre écrit par Stéphanie Marchand. Cette professeure des écoles a une trajectoire particulière, titularisée par l’Education nationale, elle sera pendant six ans en disponibilité de service pour devenir éducatrice Montessori. Puis, elle quitte cet enseignement en structure privée et revient enseigner en école élémentaire publique. Forte de ses connaissances et de ses convictions, elle s’emploie à rendre compatibles les attendus du cadre administratif de l’école publique et les principes de la pédagogie Montessori. Elle rend compte de sa démarche de manière pratique sans « vendre du rêve » ! Enseigner en pédagogie Montessori comme en toute autre inspiration pédagogique demande beaucoup de travail, et sa réflexion,  accompagne les professeurs. Des professeurs intéressés par en connaitre les principes fondateurs, et les applications contemporaines, y trouveront réponses à leur questionnement.

Car si éduquer, c’est émanciper. Il ne s’agit pas seulement d’autonomiser, mais de libérer de toute aliénation en permettant l’exercice du libre arbitre. Cette utopie fondatrice est le moteur de toute fonction éducative. L’Unsa Education l’a affirmé dans son manifeste Oxygène(s)[1], Maria Montesori, en son temps, l’avait bien compris !

[1] Manifeste Oxygène(s) pour une nouvelle société solidaire et éducative à télécharger ICI !

 

couvun ouvrage clair, pratique, réflexif!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s