Le Neuroscientifique, l’Élève et le Pédagogue

Le Neuroscientifique croit que tous les cerveaux apprennent à lire de la même façon,

Le Neuroscientifique croit que si l’Élève a du mal à lire c’est parce que le Pédagogue n’emploie pas LA bonne méthode,

Le Neuroscientifique croit pouvoir régler ce problème avec des tests standardisés, mais…

Le Pédagogue sait que l’Élève n’est pas seulement un cerveau qui encode et décode des informations :

L’Élève a besoin de sécurité, de confiance, de motivation,

L’Élève a aussi besoin d’avoir une place dans la classe et de donner du sens à ce qu’il apprend.

Le Pédagogue veut bien croire le Neuroscientifique et faire passer les tests à l’Élève,

L’Élève trouve les tests bizarres, effrayants aussi, mais il a confiance dans le Pédagogue,

Le Neuroscientifique, lui, a confiance en lui et en sa science qui peut tout résoudre !

Que va devenir l’Élève coincé entre le Neuroscientifique et le Pédagogue ?

Puisque c’est une fable, il nous faut une morale, la voici :

Laissez dire les sots, lire n’est pas seulement décoder,

Charlatans scientistes,

Quittez nos écoles et laissez-nous travailler !

Stéphanie de Vanssay, le 3 octobre 2018

Illustration : les « Fables choisies mises en vers par M. de la Fontaine », Claude Barbin et Denys Thierry, Paris, 1668 – Public Domain

Vous noterez sur l’illustration l’Élève qui tombe dans le piège tendu par le Neuroscientifique !

Publicités

5 réflexions sur “Le Neuroscientifique, l’Élève et le Pédagogue

  1. Te voilà bien engagée et un tantinet énervée Stéphanie! 😉
    Une question à laquelle je n’ai pas la réponse. Est-ce que ce sont les neurosciences/neuroscientifiques qui sont condamnables ou pas plutôt la volonté de penser avoir la réponse absolue?

    1. Énervée en effet et pour préciser oui, ce qui me pose problème c’est bien l’idée de toute puissance de certains (et de ceux qui leur laissent avoir la main) et non les neurosciences et les neuroscientifiques en général !

  2. Les neurosciences nous aident à mieux comprendre comment les enfants apprennent,à mieux comprendre les différents chemins des apprentissages,je fais référence aux intelligences multiples mais si on ne touche pas l’ affect de l enfant,c’ est à dire ce qui lui permet de donner du sens à ce qu’il apprend notre mission de transmission des apprentissages est vouée à l’échec donc c’ est à nous enseignants de créer la motivation qui donnera envie d’ apprendre .Il faut à la fois être adulte mais aussi se souvenir de son enfance , rejoindre notre enfant intérieur. Ce qui nous permet de créer la situation qui met à jour un besoin chez l’enfant ;Joelle Biegel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s