Un art connecté à l’environnement

Les humains pourraient-ils un jour vivre dans les airs ? Peut-on imaginer une ère sans aucune énergie fossile ? Les toiles d’araignées peuvent-elles être inspirantes pour inventer de nouveaux habitats humains ? L’aérocène sera-t-elle notre prochaine époque ? Autant de questions et plus encore qu’on peut se poser en se plongeant dans un univers artistique, en noir et blanc, innovant, surprenant, détonnant.

Tomas Saraceno est un artiste argentin, son œuvre est une recherche en cours, éclairée par les mondes de l’art, de l’architecture, des sciences naturelles, de l’astrophysique et de l’ingénierie. Architecte de formation, il s’intéresse aux architectures fines et aux processus de construction et d’organisation. Il observe tant l’infiniment petit, l’entomologie, que l’infiniment grand, le cosmos.

ON AIR est le titre de l’exposition qu’il présente au Palais de Tokyo à Paris, jusqu’en janvier prochain. L’artiste commente: « Nous sommes nombreux sur la planète et nous avons conçu cette exposition comme une sorte de questionnement sur nos relations les uns avec les autres, nos relations avec le monde, les planètes, l’univers. » C’est un projet immense, le plus vaste jamais réalisé par Tomas Saraceno. L’exposition est un parcours original dans un univers sombre où les œuvres se révèlent sous un éclairage et un son très spéciaux. Parmi elles, 76 toiles d’araignées hybrides, tissées par des arachnides de différentes espèces dont certaines collectées au sein même du Palais de Tokyo. Le tout forme un théâtre lèger qui embarque le visiteur dans  de drôles d’expériences esthétiques provoquant la réflexion. « Pour moi, c’est une source inépuisable d’inspirations. ces toiles sont magnifiques et leur géométrie fantastique« . explique Tomas Saraceno.

Un artiste étrange et unique qui bouscule, étonne. Son univers vient de l’urbanisme, de l’attention à la nature, de l’attention aux insectes, de l’attention à toutes les phénomènes visibles du cosmos. Les systèmes qu’il nous propose sont des systèmes qui étendent notre perception du monde, et au fond, c’est bien là l’essence de l’art, ouvrir des fenêtres sur le monde, permettant de le voir sous des angles différents et donc de mieux pouvoir l’appréhender et le comprendreManifeste Oxygène(s) de l’Unsa Education

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s