Quelques variations sur le thème de la notation

des représentations a priori des enseignants : d’un individu, d’un groupe ou d’une classe (ex : surévaluation d’élèves socialement favorisés) ;

des stratégies conscientes : la note, outil pédagogique, pour stimuler, encourager motiver, ou avertir, mettre la pression, marquer une exigence (ex : préparation à la classe préparatoire) ;

des phénomènes inconscients et collectifs : une variabilité inter-enseignants (hyper- générosité vs hyper -sévérité) ;

la relativité d’une valeur attribuée par ajustements : une répartition à tendance gaussienne (généralement asymétrique, discriminante, avec effets de plafond / plancher), une répartition standard autour d’une moyenne de classe à 11-12-13), des « constantes plus ou moins macabres » (avec des effets de découragement), des tendances à noter avec indulgence une classe faible et plus sévèrement une classe forte, etc.

des distorsions liées à la durée de la session de correction à l’ordre ou à la position : le début de pile permet l’étalonnage (avec attribution fréquente de notes « moyennes ») à la différence de la suite et fin de pile.

Des effets de halo se produisent sur des copies consécutives : après une très bonne copie, la suivante, très probablement moins bonne, sera sous-notée, après une très faible copie, la suivante sera sur-notée ;

diverses modalités de correction de copies : l’effet de halo sera évitable en corrigeant chaque exercice « en aveugle » ;

des variations interdisciplinaires : s’il n’existe pas de discipline docimologiquement infuse, il y a moins de distorsion dans les domaines scientifiques, plus d’incertitudes dans ceux littéraires (test : même correcteur même copie = note différente).

En bref :

  • se fonder sur des performances mesurées dans le temps (« image figée » vs progression), avec souplesse, et donc la possibilité de révision du jugement !
  • l’évaluation implique un retour informatif, la note seule apporte peu d’information.

 

Appréhender l’évaluation dans la relation complexe « enseignement-motivation-acquisition », intervention de Pascal Bressoux, Docteur en sciences de l’éducation – Université Grenoble Alpes, Institut Universitaire de France (LaRAC – Laboratoire de Recherche sur les Apprentissages en Contexte) :

https://larac.univ-grenoble-alpes.fr/membre/pascal-bressoux

Vous pouvez vous abonner au QDE 39 « Kévaluthon ? », c’est gratuit, ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s