Politiques et stratégies à l’étranger : Belgique, Canada, Allemagne

BELGIQUE…

Les CPMS, un lieu d’accueil, d’écoute et de dialogue

Créée en 1936, l’orientation scolaire organise des centres psycho-médico-sociaux pour la « guidance » des élèves. Les centres des trois réseaux d’enseignement (Communautés, officielles ou libres subventionnées,) desservent prioritairement leurs réseaux d’établissements constitués au minimum de cinq mille élèves (de la maternelle au secondaire). Liés pour six ans, les CPMS établissent un programme annuel de leurs interventions. Tous sont inspectés par la Communauté, le service est gratuit.

Des avis à titre consultatif

Le centre communique des avis d’orientation relatifs aux choix d’options, d’études, de formation, d’établissement, après examen ou entretien avec l’élève et sa famille. C’est l’établissement scolaire qui exerce la fonction de sélection.

Une « attestation d’orientation » est émise annuellement par le conseil de classe :

  • « admis à poursuivre » (attestation A ou AOA),
  • « admis à poursuivre avec des restrictions qui limitent le choix des filières et options » (AOB)
  • « doit redoubler son année » (AOC).

L’information quant aux élèves sur les études, les formations et les métiers, est variable. Il y a une perte de prérogatives des centres PMS.

Un conseiller en orientation, parfois peu qualifié, accompagne l’étudiant dans une démarche d’insertion ou de conversion scolaire ou professionnelle.

Marc Demeuse en 2005 1   prédisait la possibilité d « affrontements sévères », des « guerres scolaires », sur fond de concurrence entre établissements, réseaux publics et privés, et l’émergence d’un quasi-marché scolaire. Dans un contexte de recherche de performance à coûts réduits, l’organisation entre enseignement, formation et emploi est complexifiée par un éclatement des responsabilités : communautés (enseignement), régions (formation professionnelle et économie) et structures fédérales (Service public de l’emploi).

  1. Marc Demeuse et Dominique Lafontaine, « L’orientation scolaire en Communauté française de Belgique », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 38 | avril 2005.

[En ligne URL:http://journals.openedition.org/ries/1467 ; DOI : 10.4000/]

 

CANADA

Au Québec, à chacun son rêve…

Dans « la Belle Province », les bases d’un projet de vie doivent être acquises dès le primaire, l’école ayant vocation d’apprendre à planifier la vie personnelle et professionnelle. Cette « approche orientante » est :

– multidimensionnelle (développements professionnels, social et citoyen) ;

– participative (concertation des acteurs) ;

– réflexive (mobilisation autour d’un projet, intégration dans les activités).

Ces Contenus d’Apprentissages en Orientation Scolaire et Professionnelle, liés à des thèmes ou des concepts, répondent aux besoins des élèves du 3e  cycle primaire et les deux cycles du secondaire, avec un résultat attendu. Intégrés aux disciplines scolaires, au nombre de 19, ils sont progressivement abordés selon trois champs :

– connaissance de soi ;

– connaissance du monde scolaire ;

– connaissance du monde du travail.

Ces contenus ne constituent pas une matière et ne sont pas évalués. Les choix incombent à chaque équipe-école. Leur planification est proposée par la direction au conseil d’établissement.

En Ontario,

« All about me », un portfolio est proposé à partir des premières années de la scolarité.

Outil de dialogue et du développement personnel de l’élève, il est intégré à la « planification d’apprentissage, de carrière et de vie ».

Il est évolutif :

– au primaire « portfolio de cheminement » ;

– au secondaire « plan d’itinéraire d’études ».

Il consigne les acquis et les réflexions. Il évalue les connaissances et aspirations de l’élève.

L’ « exploration de carrière » est obligatoire dès la 10e année (2nde). Des enseignements optionnels peuvent être suivis entre la 9e et la 12e année. Les cours développent la connaissance de soi, des compétences liées à l’orientation, les habiletés d’apprentissage, les relations interpersonnelles, et le rapport au changement.

ALLEMAGNE : à 10 ans…

La KMK

La Conférence des ministres de l’Éducation des Länder (KMK) trace la politique d’orientation nationale, coordonne la Bunde sagentur für Arbeit et le système scolaire qui est géré par chaque Länder. Localement, Ländern et antennes d’agence pour l’emploi, se concertent. Établissements d’enseignement supérieur et représentants du monde professionnel, complètent ce réseau entre l’école et le monde du travail. Des disparités existent entre les régions.

La scolarité est obligatoire dès six ans pour 8 à 9 ans, à la Grundschule (l’école primaire): 1e, 2e, 3e, et jusqu’à la fin de la 4e (notre CM2), enfants, parents et enseignants décident de la filière scolaire.

Un choix précoce en classe 4 avec 3 voies :

– Hauptschule vers l’apprentissage (classes 5 à 9, 18%) ;

Realschule vers une formation professionnelle (classe 10, 34% – les bons élèves peuvent rejoindre un lycée pour passer un baccalauréat-) ;

– Gymnasium pour un accès aux études supérieures après obtention de l’Abitur (le bac) (jusqu’aux classes 12 ou 13- équivalent à notre collège/lycée -, 24%).

La Gesamtschule intègre ces trois filières (22%), pour éviter cette orientation trop précoce et la possibilité d’obtenir le diplôme de chacune des voies.

Les SFE

Stages et visites d’exploration d’entreprise sont organisés. Des conseillers du Service Fédéral de l’Emploi interviennent l’avant-dernière année d’enseignement obligatoire : cours, ateliers et entretiens individuels. Les centres d’information professionnelle du SFE réalisent des entretiens approfondis.

Allemagne, Autriche, Bulgarie, Italie, Lituanie et Slovénie

Des orientations non stéréotypées de genre

Ces pays encouragent les vocations des jeunes garçons vers des formations à dominante féminine : soins de santé, gériatriques, petite enfance, enseignement primaire… enseignants et conseillers d’orientation, permettent d’accroître leurs possibilités de réussite et luttent contre les stéréotypes de genre. Le projet est financé par la Commission européenne.

Voir « Boys in Care » https://www.boys-in-care.eu/

Vous pouvez télécharger et vous abonner gratuitement au N° « Questions d’Educ » ici

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s