D’abord se faire confiance …

Je me sens tellement seul·e dans mon travail. J’aimerais avoir la reconnaissance de ma hiérarchie.
Je pense changer de travail parce que ça parait différent ailleurs.
Et si ailleurs, c’était pareil ?
Après avoir changé, on peut retrouver les mêmes problématiques…
On veut toujours changer les autres et il semblerait qu’il n’y ait qu’une seule personne à changer.
Et cette personne c’est…

Alors au lieu d’espérer un remerciement de ma hiérarchie, de mon entourage, des partenaires avec qui je travaille, je vais à partir d’aujourd’hui, me donner ce que j’attends.
Il faudra peut-être que je liste ce que je veux recevoir comme remerciements, comme encouragements ou comme valorisation.

Par exemple, je peux m’envoyer une lettre de recommandation pour montrer à quel point je suis fier.e de mon travail et de ce que je mets en œuvre chaque jour dans l’éducation.
Ou encore, chaque soir, écrire une belle réussite de ma journée. Elle peut être minime, quoi qu’il se passe, il y en aura toujours une.

Plus on met de l’importance sur le négatif et sur ce que l’on ne réussit pas, plus on se considère en échec et on tourne en rond dans un cercle vicieux.
Plus on s’appuie sur son potentiel, plus on le développe et plus on rentre dans un cercle vertueux.
Cultivons ensuite notre bienveillance envers nous-même pour rester dans ce dernier.

La reconnaissance que l’on attendait d’autrui nous arrive par la personne qui nous veut le plus grand bien dans cette vie : nous-même (nous m’aime :).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s