Accepter les complémentarités éducatives

Pour l’UNSA Éducation, il est indispensable de proposer un projet global qui prenne en compte les
différents temps de l’enfant. Le principe de complémentarité éducative est essentiel pour le bien-être et
la réussite.

Petit rappel


La réforme des rythmes scolaires, initiée par le précédent gouvernement, visait à agir sur le temps scolaire et le périscolaire. Elle permettait à tous les enfants de bénéficier d’une variété d’activités. Cette réforme avait permis de donner du sens à la complémentarité des temps et des actions éducatives.


La généralisation des PEDT (plan éducatif de territoire) avait permis de formaliser ce principe essentiel de
complémentarité. Malheureusement, cette réforme a connu un fort délitement, avec notamment un retour généralisé à la semaine de 4 jours


Où en est-on aujourd’hui ?


Au sortir de la crise sanitaire, le nouveau dispositif 2S2C (Sport Santé Culture Civisme) a tenté de recréer du lien entre les différents temps. Il a été élaboré pour occuper les élèves sur le temps scolaire, lorsqu’ils ne pouvaient être encadrés par leur professeur du fait des mesures de distanciation lié à l’épidémie de Covid-19.
Du fait de l’absence de concertation avec les acteurs concernés, il a suscité un bon nombre de polémiques et ajouté de la pression sur les équipes. Le dispositif a été discuté au sein des ministères mais jamais avec les acteurs concernés.


Pour l’UNSA Éducation, il est indispensable d’accepter les complémentarités éducatives. Pour se faire, il faut repenser les modalités d’accueil en collectivité et une réflexion de fond.


Le couple enseignant /parents doit être au cœur des complémentarités, mais impérativement enrichi. Il faut redonner du sens au vivre ensemble en bâtissant des alliances éducatives et en s’appuyant sur les compétences éducatives des acteurs sportifs, culturels, associatifs et de l’éducation populaire. Le travail en partenariat est installé et bien ancré dans certains territoires entre les différentes administrations, les collectivités, les structures associatives. Dans ces territoires, il y a des porteurs de projets et les complémentarités s’articulent déjà. On a pu l’observer notamment sur certaines cités éducatives.


Lors du confinement, l’organisation de ces cités a été un élément facilitateur de la mobilisation collective. De nombreuses initiatives ont été organisées dans les territoires autour du mentorat et du numérique éducatif avec le tissu associatif.


Un projet éducatif global doit nécessairement établir une alliance entre équipes éducatives et acteurs non scolaires.


Nous considérons que la complémentarité éducative est un enjeu pour la réussite et l’épanouissement des élèves. L’implication des mouvements d’éducation populaire, des intervenants périscolaires et autres acteurs associatifs, est donc essentielle.

Vous pouvez vous abonner au magazine en ligne « Questions d’Éduc », c’est gratuit en cliquant sur ce lien.

https://www.unsa-education.com/Questions-d-Educ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s