Entretien avec Frédérique Hannequin

Frédérique Hannequin, IA-IPR, référente mémoire et citoyenneté est membre de l’équipe valeurs de la République de l’académie de Martinique.

Questions d’Éduc:

La laïcité, une particularité française,

comment l’expliquer ?

Frédérique Hannequin :
La loi de 1905 représente l’aboutissement d’une laïcisation de la société depuis la révolution, dans le cadre
d’une lutte contre les particularismes religieux, linguistiques ou culturels ;
c’est une loi de pacification qui garantit la liberté de conscience et de culte et affirme la neutralité de l’État
à l’égard des convictions individuelles.
La loi du 15 mars 2004 affirme d’ailleurs le droit de l’élève à ne subir aucun prosélytisme au sein de l’École.

Questions d’Éduc :

Que représente-t-elle pour toi ?


Frédérique Hannequin :
En tant que principe républicain, elle autorise l’existence d’un espace de tolérance, à l’abri des bruits du monde,
pour que l’élève construise son raisonnement et son autonomie. Les élèves franchissent le seuil de l’École, quittent l’espace civil ou intime pour celui de cette impartialité autorisant leur émancipation intellectuelle, indispensable à la formation de la personnalité. C’est un principe positif, non négateur.

Questions d’Éduc :

Quel rôle de la communauté éducative pour un principe vivant ?


Frédérique Hannequin :
La laïcité est au service de l’esprit critique, de l’éducation.
L’espace scolaire doit être idéologiquement neutralisé pour cette émancipation. Les acteurs doivent être engagés pour ces valeurs de la République, plaçant leurs convictions intimes, idéologiques, politiques de côté et donner sa chance à chacun.e de sortir des limites de sa communauté, de s’ouvrir à tous les autres, à tous les possibles.

Questions d’Éduc:

La neutralité des agents de la fonction publique est-elle contradictoire avec l’engagement ?


Frédérique Hannequin :
« Seul le néant est neutre » disait Jaurès, neutralité n’est pas indifférence !
Celle des fonctionnaires préserve des convictions personnelles dans la sphère pédagogique et éducative,
d’une dérive de la position d’autorité qui stériliserait une pensée autonome. L’École doit aussi nourrir une approche intellectuelle, spirituelle, laïque et scientifique, et aborder le fait religieux ainsi que les questions sociales vives.

Questions d’Éduc :

L’assassinat de Samuel Paty a bouleversé le monde ;

la laïcité est-elle remise en cause ?


Frédérique Hannequin :
Comment « se préparer à l’impensable 1* » à la suite de ce drame ? Je rends hommage à ce professeur, de
ma discipline, qui portait avec conviction les valeurs de la République. Il faut ainsi renforcer notre attention
aux signaux faibles de décrochage « républicain », l’institution doit également accompagner les enseignant.
es dans les contextes qui amènent à l’autocensure de leur enseignement 2*.
Sécuriser la prise de risque par un accompagnement de terrain, renforcer la connaissance juridique et la réactivité face aux menaces est un enjeu collectif qui confortera la laïcité au sein de l’espace scolaire.

1* Enquête sur les événements au collège du Bois d’Aulne – IGESR, octobre 2020
2* 37% des enseignant.es s’autocensurent, 53% en REP, pour éviter les difficultés en classe – sondage IFOP-CNAL, février 2018


Vous pouvez télécharger gratuitement le « Questions d’Éduc » 42 en cliquant sur ce lien.

https://www.unsa-education.com/Questions-d-Educ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s