Stress, Burn out, Dépression : mieux vaut prévenir que guérir. 

La crise sanitaire a conduit à un épuisement réel des personnels. Le malaise dans nos professions se confirme d’année en année. L’UNSA Éducation rappelle que le bien être des personnels est un levier essentiel pour améliorer le fonctionnement du système éducation. La prévention est donc indispensable.

Le constat

Le stress au travail s’est intensifié ces dernières années en particulier depuis le début de la pandémie. 

Six facteurs de stress sont identifiables :

  • L’intensité du travail 
  • L’exposition à des charges émotionnelles fortes 
  • Le manque d’autonomie 
  • Une mauvaise qualité de relations humaines avec un manque de soutien et de reconnaissance. 
  • Les conflits de valeurs avec cette impression de « bâcler » son travail par exemple.
  • L’insécurité liée aux changements (réorganisation, nouveaux programmes, nouveaux protocoles,… )

Des signes précurseurs nous mettent en garde. Nous pouvons y être plus attentifs en y prenant connaissance dans un premier temps. 

Les symptômes peuvent être physiques comme par exemple des palpitations, des problèmes de respiration, des douleurs musculaires, des troubles digestifs et/ou sexuels, des céphalées, … 

Très souvent ils sont également d’ordre émotionnel et comportemental. La personne est plus irritable avec des sautes d’humeur, elle se replie sur elle et peut avoir besoin de surconsommer. 

Enfin des troubles cognitifs peuvent également apparaître avec une perte de la concentration, une créativité plus faible, et une mémorisation difficile. 

Lorsque ces signes apparaissent, la plupart du temps la personne pense qu’elle doit redoubler d’effort au lieu de ralentir le rythme. Cela accélère le processus et peut entraîner un burn out voire une dépression. 

Que se passe -t-il dans notre cerveau ? 

Le stress provoque l’activation du système sympathique qui fait partie du système nerveux. 

Ce dernier nous permet d’aller jusqu’au bout de l’action et d’être performant. Il nous signale également un danger. C’est lui qui fait accélérer la respiration et les battements du cœur.  Toutefois, lorsque nous sommes continuellement stressés, le système devient incontrôlable. 

Pour contrebalancer ce dernier, la respiration profonde permet d’activer le système parasympathique. Comme les deux systèmes fonctionnent toujours simultanément, il parait donc indispensable d’apprendre à respirer chaque jour. Comme un sportif, l’entraînement doit être régulier et quotidien pour savoir gérer dans les instants de stress élevé. 

La respiration profonde se décompose en 3 étapes avec l’inspiration abdominale, thoracique et claviculaire, puis l’expiration permettant de vider l’air au maximum du système respiratoire. Se brosser les dents chaque jour est un geste d’hygiène qui est rentré dans notre quotidien. Et si la respiration profonde prenait la même importance dans votre vie ?  Pourrait-elle avoir une incidence bénéfique sur votre vie ?

D’autres éléments peuvent être également couplés à cette pratique comme, la marche en pleine nature, la relaxation, le sport, … afin de renforcer le calme et la sérénité. 

A l’Unsa Éducation, nous considérons que le bien être des personnels est un levier important pour faire évoluer l’école de demain. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s