Le sport doit encore combattre les clichés liés au corps

Le sport est encore source d’inégalités malgré les efforts visant à mieux faire connaître la mixité chez les amateur.ices comme au haut niveau. Aurélie MARTIN, responsable de programmes et de fonds individualisés à la Fondation de France revient sur les raisons d’une si longue évolution.

La fondation de France héberge plus de 200 fondations qui interviennent sur de nombreux domaines. Les données mettent en évidence le manque d’équipements sportifs souvent corrélé aux déserts médicaux. L’inactivité des jeunes menant à des situations de surpoids et des problèmes de santé, agir sur la pratique sportive est donc primordial dans un objectif de santé publique. Le public féminin est tout particulièrement touché.

Des horaires trop tardifs

Les femmes sont les premières lésées par le manque de créneaux disponibles sur les installations, notamment dans les quartiers populaires. Reléguées sur les horaires tardifs, les freins à l’activité se multiplient. A la difficulté de faire garder les enfants, s’ajoutent l’insécurité dans les transports la nuit (quand ils existent) et la fatigue de la double journée de travail.

En effet, la majorité des femmes en couple avec enfant invoquent comme cause de l’arrêt du sport le manque de temps et les contraintes familiales. Le temps consacré aux tâches ménagères et à la parentalité est encore très déséquilibré dans le couple.

Abandon du sport à l’adolescence 

On constate que 69% des adolescentes abandonnent le sport contre 34% des garçons. Les causes invoquées sont issues de la culture implicite. Les filles se concentreraient-elles plus sur leur travail scolaire et auraient moins besoin de se défouler ? Pourquoi le rapport au corps féminin à l’adolescence serait davantage un obstacle à la pratique sportive que celui des garçons ?

Les programmes de la Fondation de France ont pour but de déconstruire ces stéréotypes et de faciliter la pratique sportive féminine. Les projets sont là pour initier des pratiques qui seront ensuite reprises par l’État.

Médiatisation

La moindre exposition médiatique du sport féminin (20% des retransmissions télévisuelles en 2016 source CSA), même si elle est en progression, limite également les possibilités de projections à travers les performances des sportives de haut niveau. L’engouement suscité après de grands événements, surtout si les résultats sont au rendez-vous, reste principalement attaché au public masculin.

S’affirmer et s’épanouir

Le sport permet l’appropriation de son corps loin des images hypersexuées véhiculées par les médias. Il augmente la confiance en soi et les capacités relationnelles. L’activité physique est un complément nécessaire au travail scolaire pour les adolescents et contribue à leur équilibre et leur santé. Se satisfaire qu’un tiers seulement des adolescentes pratiquent un sport c’est accepter une situation néfaste pour la santé publique surtout pour les territoires défavorisés.

Un appel à projet est actuellement en cours à la fondation de France afin de construire un parcours de santé intégrant la pratique d’une activité physique ou sportive pour le patient vivant en zone rurale ou en quartier prioritaire.

Pour aller plus loin : le site de la Fondation de France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s