Première conférence des métiers et des compétences

Trois ministères pour répondre aux enjeux de demain

Le mercredi 16 mars a eu lieu la première rencontre autour du thème des Métiers et des compétences.

L’introduction des trois ministres de l‘Education, du Travail et de l’Enseignement supérieur voulait illustrer la volonté de décloisonner le sujet pour mieux répondre aux défis à venir.

Quatres tables rondes ont réuni les acteurs économiques, de la formation, de la recherche et des collectivités territoriales.

La première table ronde a posé les projections pour 2030 grâce à l’étude « les métiers en 2030 » (rapport DARES). Ce rapport réalisé en tenant compte de l’impact de la crise sanitaire, indique que plus d’un million d’emplois seront créés d’ici 2030.

On retiendra les secteurs qui vont rencontrer des difficultés de recrutement comme l’agriculture et les services à la personne par manque d’attractivité. D’autres très attractifs seront néanmoins en tensions du fait de besoins accrus.

Métiers en tension à l’horizon 2030

Pour les métiers genrés, une ouverture à tous permettrait d’augmenter les potentiels candidats, une communication sur la représentation des métiers est donc à mener. 

D’autres secteurs comme la distribution, la banque se verront impactés par l’augmentation du digital et les emplois de ces secteurs vont diminuer. Les accompagner dans leur mutation pour aller vers des secteurs porteurs, nécessitera un renforcement de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) et de la construction de socle commun transversaux dans les formations.

Des conférences en région seront organisées par les CREFOP (Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles) après la parution des déclinaisons régionales des projections pour l’emploi en 2030.

La deuxième table ronde Rapprocher la formation de l’entreprise : l’approche par les compétences a développé les axes d’évolution pour la formation initiale et celle tout au long de la vie. L’information des élèves et les 54h destinés au parcours d’orientation des lycéens devraient permettre avec l’implication de tous de moderniser les visions des métiers actuellement mal connus. Attirer les filles sur les filières techniques et numériques ou multiplier les passerelles pour former des ingénieurs sont des pistes exploitables pour répondre aux demandes de ces secteurs innovants.

Tous les intervenants ont mis en évidence que seule la collaboration des trois entités rectorat, région et entreprises permettrait de former aux métiers de demain.

Ce collectif a été également mis en avant lors de la troisième table ronde autour du thème Etre prêt pour les transitions de demain. Les DARP (Délégué Régional à l’accompagnement des reconversions professionnels), mis en place depuis quelques mois accompagnent les entreprises dans leurs transitions. Des appels à projet permettent également, sur les métiers en émergence, une procédure dérogatoire pour être financé via France compétence. L’appel à manifestation d’intérêt France 2030 (compétences et  métier d’avenir)est également une opportunité de développer de nouvelles formations.

L’UNSA Éducation soutient la construction de politiques éducatives partenariales de territoires et les démarches et dispositifs permettant la connaissance et les coopérations avec le monde de l’entreprise au sein des cursus scolaires et universitaires, dans le respect du projet de chaque jeune.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s