Éducation à l’esprit critique : une faillite qui interroge

L’enjeu est de taille, chacun en convient : avec l’amplification des réseaux sociaux et des moyens de diffusion numériques, savoir porter un regard critique sur les informations véhiculées par les médias est devenu une nécessité autant qu’un besoin. L’éducation aux médias et à l’information, l’EMI, est aujourd’hui largement déployée dans les écoles et les établissements scolaires et pourtant, il semble que ce qui a déjà été entrepris est très insuffisant à considérer la montagne de l’info tous azimuts qui a surgi devant nous en quelques années : complotisme, fake news, droits à l’image etc.

Critiques vives et fondées

L’inspection générale relève ainsi une certaine forme de faillite de notre institution et suggère de s’attaquer de front à la sensibilisation de nos élèves en matière de médias. Les critiques vis-à-vis de l’institution sont vives mais fondées : faible visibilité du Clémi, l’opérateur national en matière de presse et de médias à l’école, dont les moyens humains ont été drastiquement réduit (de 25 à 18 ETP) ; discontinuité de l’action ministérielle, celle-ci semblant ne réagir qu’au gré des vents – tragiques – de l’actualité ; disparité des actions territoriales ; absence de réel pilotage académique… En somme, une petite musique que l’on a déjà maintes fois entendue sur d’autres sujets.

Aussi, l’inspection générale propose une vingtaine de recommandations visant à redresser la pente. Plusieurs d’entre elles ont un caractère institutionnel et semblent, de fait, incontournables : nomination d’un délégué ministériel à l’EMI, suivi statistique et qualitatif des actions, renouvellement plus régulier et plus ouvert des instances du Clémi, inscription de l’EMI dans les dialogues de gestion entre le ministère et les académies, implication personnelle des rectrices et recteurs, nomination d’un·e référent·e par département, impulsion forte donnée aux actions du primaire, octroi de deux ETP dédiés au pilotage académique de l’EMI.

« Muscler » l’EMI au plus près du terrain

Mais les inspecteurs relèvent aussi l’importance de « muscler » l’EMI au plus près du terrain, en proposant de renforcer la formation initiale et continue des enseignants, d’élaborer un référentiel des attendus pour les professeurs-documentalistes, d’intégrer l’EMI dans le projet d’établissement et de le rendre cohérent avec les actions développées dans le cadre de partenariats extérieurs, de créer un parcours d’apprentissage corrélé au parcours citoyen avec la perspective de préparer au grand oral du baccalauréat général et technologique ou au chef d’œuvre du baccalauréat professionnel. Et l’inspection générale de souligner la forte plus-value qu’il y aurait à déployer au collège et au lycée l’EMI de la manière la plus transversale possible, celle-ci étant trop souvent devenue le domaine des seuls professeurs-documentalistes.

La formation des élèves à l’esprit critique est un enjeu éducatif et de société pour notre nation républicaine à l’heure où le jeu dispersé des médias produit autant de confusion que de connaissance. Soucieuse de faire rempart à la désinformation, l’UNSA Éducation ne peut qu’approuver ce rapport et ses recommandations tout en appelant le futur gouvernement à mettre en œuvre une politique renouvelée et renforcée qui permette aux élèves de devenir des citoyens·nes responsables, doté·es de la capacité à penser et agir de manière éclairée face à la profusion d’informations de tous ordres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s