Hé, I.A.*, dessine moi un mouton 

*intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (I. A.) est de plus en plus présente autour de nous au point de faire désormais partie de notre quotidien. Ne demandons-nous pas régulièrement, à voix haute, à notre smartphone de nous retrouver le dernier tube à la mode ou de nous conduire quelque part ? Récemment, les I.A. ont fait parler d’elles par leurs capacités de création artistique : musicale, littéraire, plastique, etc. Certains voient comme proche le moment où de la musique d’I.A. sera diffusée à la radio, d’autres, un avenir où l’I.A. écrira des romans.

En septembre 2022, dans le Colorado, un tableau conçu avec l’I.A. de Midjourney a même permis à Jason Allen de remporter le premier prix d’un concours d’art. Des humains, eux-mêmes artistes, ont alors considéré que l’œuvre de l’I.A. (imprimée sur toile par Jason Allen qui ne s’est pas caché d’avoir utilisé Midjourney) était la meilleure peinture de l’ensemble du concours. Ceci nous interpelle et une chaine youtube sur l’art contemporain L’Art Comptant Pour Rien y a consacré très récemment une discussion :

Alors, allons-nous vers la disparition des artistes, remplacés par des programmes ? On peut se poser la question tant il est sûr que dans le domaine des arts, mais aussi dans la vie quotidienne, l’intelligence artificielle vient bouleverser l’Humanité. Alors, à quoi bon peindre si un ordinateur peut générer une peinture, un dessin, après avoir reçu quelques mots d’instruction ?

Justement, peut-être que, puisque le préalable à la génération de l’œuvre par l’ordinateur passe par sa formulation au travers des mots, l’artiste n’est pas encore mort. En effet, comme l’aurait dit Francis Bacon (le peintre) : pourquoi le peindre si je peux le dire ? La peinture, et l’art en général, réside dans la sensation qui l’a faite naître et dans celle qu’elle procure. Alors, est-ce qu’une intelligence artificielle peut créer, spontanément, sans consigne écrite externe, afin de témoigner d’une sensation qu’elle a et qu’elle ne saurait exprimer autrement que par le medium artistique choisi ? On peut encore en douter.

Il faut en outre interroger le principe même de création de l’intelligence artificielle. En effet, la capacité de celle-ci à produire se base sur l’apprentissage de milliers et milliers d’images, photos, tableaux, comme autant de briques mobilisables pour engendrer une œuvre inédite. Mais alors, l’état de l’art de l’humanité n’est-il pas l’horizon indépassable pour la machine ? Peut-elle initier quelque chose qui ne l’a pas déjà été par l’Homme ? On peut ainsi faire cette expérience de pensée : une intelligence artificielle conçue à la fin du XIX siècle, nourrie avec tout l’art antérieur, aurait-elle été capable de faire naître le cubisme et de composer les demoiselles d’Avignon ?

– Alors, I.A., dessine-moi un mouton ! 

“ça c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans.”

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s