Dans l’ombre du professeur

La plupart du temps, l’enseignant·e a l’habitude d’être seul·e maître à bord avec ses élèves. Il n’est donc pas facile de trouver sa place quand on est enseignant spécialisé ou AESH* avec la lourde tâche d’accompagner un ou plusieurs élèves en classe. 

Il faut user de diplomatie, savoir se faire oublier de l’enseignant·e tout en étant extrêmement attentif aux élèves concernés et à ce qui se passe dans la séance pour s’adapter en permanence. 

Il est essentiel de montrer, ou de bien préciser à l’enseignant si besoin est qu’on n’est pas là pour juger son travail, sa pédagogie, ni sa façon de gérer la classe mais pour le ou les élèves à aider. Ne pas hésiter, avant et/ou après les séances, surtout les premières fois, à vérifier qu’on ne le gêne pas sans le vouloir. L’endroit où l’on se place, la nature des interventions, la position du ou des élèves concernés, le matériel disponible sont autant de détails à ajuster avec lui afin que tout soit fluide. Bien sûr, il faut s’interdire toute remarque critique sur les façons de faire du professeur, ce n’est pas le rôle de l’AESH. Par contre, quand le climat de confiance s’est installé, on peut bien entendu faire des suggestions pour que les besoins particuliers des élèves accompagnés soient mieux pris en compte. 

Adaptation fine

Accompagner un élève sans gêner le déroulement du cours, sans mettre mal à l’aise le professeur, l’élève concerné, ni distraire les autres élèves, est tout un art qui demande vraiment une adaptation fine à des contextes pouvant se révéler très différents d’une classe à une autre. Et ne pas gêner ne suffit pas ; il faut ensuite pouvoir se glisser utilement auprès de l’élève, intervenir ni trop, ni trop peu, afin qu’il puisse grâce à des propositions adaptées, bénéficier au maximum des temps d’apprentissage tout en restant physiquement et cognitivement présent dans le groupe et le lieu “classe”. 

Ce contexte spécifique de coéducation, ou co-enseignement plutôt, requiert de la part des deux adultes un profond respect du rôle de chacun ainsi que de la souplesse pour pouvoir s’adapter et se réadapter en fonction de l’évolution du ou des élèves et des différentes activités menées dans la classe. C’est subtil, pas toujours facile à installer de part et d’autre mais l’enjeu en vaut vraiment la peine.

*AESH : accompagnants d’élèves en situation de handicap

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s