Le diplôme, condition d’un accès réussi au marché du travail

La toute récente enquête du Centre d’étude et de recherche sur les qualifications (Céreq) portant sur l’accès à l’emploi des jeunes diplômés 2017 est formelle : l’insertion professionnelle est plus favorable à ceux qui ont un diplôme et le taux d’insertion … Continuer de lire Le diplôme, condition d’un accès réussi au marché du travail

Contribution du Syndicat de l’Enseignement Agricole

Contribution SEA-UNSA Education dans le cadre de la refondation

Le SEA-UNSA Education se réjouit de la démarche mise en œuvre pour refonder l’école de la nation.

La réflexion menée aujourd’hui au ministère de l’Agriculture sur « la refondation de l’école » s’ouvre trois ans après les travaux conduits lors des assises de l’enseignement agricole public.

Nous avons un acquis important.

Cette réflexion peut être l’occasion d’approfondir certaines des questions débattues lors des assises de l’EAP.

Les principales thématiques importantes pour notre organisation sont les suivantes :

1 – La problématique des élèves en grande difficulté

Comme à l’Education Nationale, notre enseignement y est aussi confronté.

Nous n’y avons pas encore apporté de réponses pleinement satisfaisantes.

Cette problématique renvoie aux débats antérieurs qui se sont tenus lors des assises de l’enseignement agricole public sur :

– l’orientation des apprenants,

– la place des classes de 4ème et 3ème de l’enseignement agricole, qui jouent un rôle important dans l’acquisition du socle commun de compétences et de connaissances,

– la prévention du décrochage scolaire,

– l’accompagnement personnalisé, dont les modalités pratiques existantes sont à reconsidérer (nécessité d’un meilleur cadrage national sur leur répartition disciplinaire par exemple),

– l’importance des groupes à effectifs réduits,

– la possibilité d’un cursus en 4 ans au lieu de 3 pour les élèves les plus en difficultés pour préparer le bac pro, demande que nous avions formulée lors des discussions sur la réforme de la voie professionnelle, etc.

2 – La prise en compte de la diversité des voies de formation dans l’enseignement agricole

Dans nos EPLEFPA, la formation professionnelle agricole est dispensée sous divers statuts (formation initiale, formation continue, apprentissage), et accueille une diversité d’apprenants, dont une partie seulement est en difficulté scolaire.

Quelque soit la voie de formation choisie, les conditions de la réussite des élèves, apprentis et stagiaires adultes doivent tenir en compte des besoins de chacun.

Nous sommes défavorables à la standardisation des cursus de formation.

Toutes les questions concernant les membres de la communauté éducative de l’EPLEFPA doivent pouvoir être traitées, que ces personnels travaillent sur le lycée, le CFA ou le CFPPA, que ces personnels soient enseignants, formateurs ou administratifs.

3 – La fluidité des parcours de formation

Les classes passerelles sont indispensables et doivent être développées pour organiser la fluidité des parcours de formation, d’aller d’un CAP vers le bac pro ou du bac pro vers les BTSA.

La disparition des classes de BEPA, depuis la réforme de la voie professionnelle, a pénalisé les élèves en difficultés. Continuer de lire « Contribution du Syndicat de l’Enseignement Agricole »

Contribution « une grande ambition pour le numérique »

On entend s’exprimer beaucoup de peurs, la diabolisation du numérique est omniprésente notamment dans les médias traditionnels, or, comme cela a été rappelé lors du colloque international sur le cyberharcèlement, la meilleure prévention des dangers et des dérives est d’entrer par les usages positifs.

Le numérique doit s’intégrer à l’école en s’ajoutant à la palette des outils à la disposition des enseignants. Pour cela les futurs enseignants doivent absolument être formés avec le numérique, pas seulement “au numérique”. Sinon comment leur demander d’intégrer en classe des outils qu’ils n’ont pas eux-mêmes expérimentés dans un cadre d’apprentissage ?

L’école doit prendre sa part dans l’éducation au numérique des élèves, on ne peut laisser les parents seuls face à ce défi surtout que l’on sait qu’il y a un écart à combler, davantage en termes d’usages aujourd’hui, qu’en termes d’équipement. Nos élèves doivent être formés à un usage maîtrisé et critique de ces outils et à l’acte de publication qui devient un impératif pour tous. Si la plupart des enfants et des jeunes savent faire du numérique un usage ludique, c’est à l’école de leur montrer comment utiliser ces outils pour apprendre, pour collaborer et pour contribuer au partage des connaissances. Une articulation avec les EPN (Espaces Publics Numériques) doit être favorisée afin qu’enseignants, élèves et parents puissent bénéficier de leur savoir-faire. Continuer de lire « Contribution « une grande ambition pour le numérique » »

La réussite scolaire pour tous

Pour l’UNSA Éducation et ses syndicats, la réussite scolaire pour tous passe par un profond changement de notre système éducatif. Si davantage de moyens et de postes sont nécessaires, ils ne suffiront pas sans une transformation réelle à rendre notre École plus juste, plus généreuse, moins excluante. Ceci nécessite de prendre en compte la réalité des parcours éducatifs. Ainsi la séparation traditionnelle des systèmes de formation initiale en « primaire », « secondaire », « supérieur » ne correspond plus à la réalité des parcours de formation. La continuité de ceux‐ci nécessite une reconstruction de l’ensemble.

Cette refondation passe par trois éléments :

  • la reconnaissance de la globalité de l’acte éducatif partagé entre l’École et le hors scolaire (famille, éducation populaire…) ;
  • l’instauration d’un socle commun rénové de compétences et de connaissances dont l’acquisition doit être due à chacun à l’issue de sa scolarité obligatoire ;

Bâtir des parcours de réussite au lycée

Contribution du SE-UNSA dans le cadre de la Refondation

« Le lycée de la réussite »

Les missions du lycée

Pour le SE-UNSA, le lycée doit remplir plusieurs missions d’égale importance :
– Il permet à chaque jeune de construire et de réaliser son projet personnel,
– Par une offre de formation diversifiée, il lui assure une formation générale
autorisant la poursuite de sa formation soit dans le cadre de la formation initiale, soit dans le cadre de la formation tout au long de la vie, et l’accès à une insertion professionnelle et sociale de qualité,
– Pour celui qui en fait le choix, il permet l’acquisition d’une qualification
professionnelle reconnue,
– Il est un lieu d’apprentissage de la citoyenneté et doit permettre au jeune de devenir un adulte assumant pleinement son rôle de citoyen responsable, critique et vigilant.
L’organisation du lycée doit contribuer à l’atteinte des objectifs assignés au système éducatif :
– 100% de diplômés au minimum au niveau V,
– 80% de diplômés au niveau IV,
– 50% de diplômés de l’enseignement supérieur. Continuer de lire « Bâtir des parcours de réussite au lycée »

Redéfinir le socle commun

Contribution du SE-Unsa dans le cadre de la Refondation

La définition du socle commun doit correspondre à ces différentes caractéristiques :

– Le socle commun doit être pour nous un projet intégré qui incite à la continuité éducative et la complémentarité des regards entre les différents champs disciplinaires. Il fait une large place aux valeurs à promouvoir et aux visées éducatives ambitieuses : ce n’est pas un socle minimal, kit de survie pour l’employabilité, mais bien un socle qui permet à chacun de :
o Construire sa personnalité
o Comprendre le monde dans lequel il vit
o Agir dans et sur ce monde en citoyen éclairé et exigeant Continuer de lire « Redéfinir le socle commun »