Objectifs européens en matière d’éducation : 4/7 pour la France

L’Union Européenne a fixé, pour l’horizon 2020, sept objectifs dans les domaines de l’éducation et de la formation.

A un an de l’échéance, la Depp publie une note d’information qui indique qu’un seul d’entre eux est atteint par la moyenne des pays de l’UE : celui concernant la scolarisation précoce des jeunes enfants. La France, elle, en atteint quatre.

Les 4 objectifs atteints par la France :

Education et accueil des jeunes enfants : la France en tête

L’Europe a dépassé son objectif de participer à l’éducation et à l’accueil de 95% des jeunes enfants[1], puisque le score européen est de 95.3%. La France dépasse l’objectif avec la totalité des enfants pris en charge.

Une baisse sensible des sorties précoces sans diplôme

Ce paramètre est mesuré au regard des jeunes de 18 à 24 ans qui quittent le système scolaire sans diplôme du second cycle, et qui ne suivent pas de formation pendant les 4 semaines précédant l’enquête.

Alors que l’objectif européen était de ne pas dépasser 10%, la France fait partie des bons élèves avec 8.9%, pour une moyenne européenne de 10.6%. Ce qui, malgré un objectif non atteint par l’Europe, traduit un net progrès car il était de 13.9 % en 2010. Les jeunes hommes sont davantage concernés que les femmes.

Proportion de diplômés de l’enseignement supérieur : objectif atteint

L’objectif fixé est de 40% des personnes âgées de 30 à 34 ans. L’UE l’atteint presque, avec 39.9%, et la France le dépasse avec 44.3%.

Enseignement tout au long de la vie : un bilan mitigé

La France dépasse là encore l’objectif commun de 15%, avec 18.7% d’adultes participant à la formation tout au long de la vie. La moyenne de l’UE n’est que de 10.9%.

Des progrès encore attendus sur les 3 objectifs non atteints (dont Pisa) :

Des résultats inquiétants aux évaluations Pisa, particulièrement en sciences

L’objectif était fixé de ne pas dépasser une proportion de 15% des jeunes comme ayant un niveau faible dans les domaines évalués à Pisa : maîtrise de la lecture, mathématiques et sciences.65cdfa L’objectif était fixé de ne pas dépasser une proportion de 15% des jeunes comme ayant un niveau faible dans les domaines évalués à Pisa : maîtrise de la lecture, mathématiques et sciences.

La moyenne des pays de l’UE n’atteint pas l’objectif. La France non plus, avec 22.1% d’élèves faiblement performants en sciences. Plus inquiétant encore : seuls 3 pays se démarquent positivement dans le domaine des sciences : la Slovénie, la Finlande et l’Estonie.

La mobilité à des fins d’apprentissage et l’employabilité des jeunes diplômes : la France à la traîne

Même si la comparaison internationale n’est pas encore aboutie à ce jour, la France accuse un retard, avec 74.4% des jeunes diplômés en situation d’emploi, contre une moyenne européenne de 80.2%. Avec une nette disparité entre le niveau de diplôme (secondaire ou supérieur).


[1] Entre 4 ans et l’âge de la scolarisation obligatoire

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s