L’école est finie : documentaire de Julie Chauvin

Le mal-être, la dépression, les suicides, longtemps tabous, existent aussi au sein de l’éducation nationale. Julie Chauvin dépeint très justement des situations particulières qui disent beaucoup sur l’état de notre école et qui mènent de plus en plus à des démissions.

Le documentaire commence par la lecture d’un témoignage à travers lequel nombre d’enseignants pourront se reconnaître.

« J’ai une boule dans la gorge, j’ai envie de pleurer et je suis tellement fatiguée ».


Pourtant on comprend rapidement le bonheur qu’ont pu ressentir ces enseignant.e.s avant de décider de changer de voie car c’est un métier prenant, une mission. On travaille avec des humains, souvent des petits et il n’est pas difficile de s’y attacher.
On pense à nos cours à venir, à les améliorer, à trouver du matériel de récupération. On pense à nos cours passés, ce qui a marché, ce qu’il faut changer… Et souvent on n’oublie de s’occuper de soi-même. Notre tolérance au bruit, au sein de nos familles, disparaît. Notre capacité à supporter nos propres enfants ou nos proches s’en trouve affectée.

On demande de plus en plus aux enseignants alors que les moyens diminuent. Véritable paradoxe au moment même où les postes vacants sont légions. Dès lors qu’une difficulté se présente, beaucoup demandent de l’aide à leur hiérarchie mais restent seuls, démunis, abandonnés. Parfois même, les problèmes sont niés par l’institution. Commence alors une spirale infernale ou l’enseignant.e est pris.e entre ses difficultés ignorées et les injonctions descendantes du ministère souvent versatiles et contradictoires.

Insomnies, perte ou prise de poids, crises de pleurs, pensées suicidaires… Le diagnostic tombe, lourd et culpabilisant : une dépression, un burn-out. Après un arrêt de travail la gestion des ressources humaines n’est pas à la hauteur et les aménagements comme les temps partiels sont souvent refusés.

Inclusion à tout prix d’enfants relevant d’IME ou d’ITEP pour réduire les coûts ; détection des violences intrafamilliales sans suite ; suites psychologiques d’un accident dramatique à gérer avec les enfants ; crise sanitaire du Covid ; ce sont autant d’événements déclencheurs qui les ont poussé.e.s à déposer leurs démissions.

S’ouvre alors une nouvelle vie devant eux et ce n’est pas une victoire. Beaucoup auraient aimé continuer. Mais pas dans ces conditions, pas au risque d’y laisser leur peau !

Accéder à la vidéo sur FranceTV

Si vous souhaitez organiser avec le cinéma à côté de chez vous, ou si vous avez une salle équipée, des projections-débats du film, n’hésitez pas à entrer en relation avec l’équipe de Keren Production.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s