La liberté d’expression ne s’apprend que si l’on s’en sert…

Dans une société où l’on donne peu la parole aux enfants et aux jeunes, l’école et les lieux d’éducation populaire doivent ouvrir des espaces et des occasions pour qu’ils exercent leur liberté d’expression. En effet, des “leçons” sur la liberté d’expression n’auraient pas grand sens, c’est en ayant l’occasion de la pratiquer que l’on peut la développer.

Cela suppose un fonctionnement de la structure qui prévoit que la parole des enfants et des jeunes soit sollicitée, accueillie, entendue, tant de façon formelle (via des temps dédiés institutionnalisés) qu’informelle au fil des événements ponctuant la vie collective.

Des conditions favorables de travail

Il faut des éducateurs disponibles et à l’écoute (donc des conditions de travail favorables), un positionnement qui ne soit pas surplombant, une pratique régulière de débats (démocratiques, à visée philosophique ou autres) où chacun peut écouter, s’exprimer sans jugement et où la régulation se fait essentiellement via le groupe. L’adulte écoute, reformule, relance, questionne en laissant petit à petit les enfants ou les jeunes gérer eux-mêmes ces aspects. Même et surtout avec les “cas difficiles” il devient possible d’avoir une action éducative quand le premier concerné a pu DIRE, sa colère, sa difficulté, son refus… quand il se tait, rumine, souffre en silence, l’éducateur en est réduit à essayer de « deviner », vous passe à côté, avec toutes les maladresses et les impasses qui peuvent s’ensuivre.

S’exprimer via internet

On pense souvent, et à raison, qu’il est central que des médias “scolaires” ou “jeunes” soient développés comme les journaux ou les radios, sans oublier les espaces numériques (blogs, sites, forums, réseaux sociaux…).

Travailler en groupe une expression large, voire publique, est aujourd’hui la meilleure façon de préparer les enfants à s’emparer de la formidable opportunité, enfin presque universelle, de s’exprimer en ligne.
Avant Internet, l’accès aux médias traditionnels supposait un statut social, des relations, des compétences alors qu’aujourd’hui tout un chacun, pour peu qu’il maitrise un minimum un mode d’expression oral ou écrit, peut s’adresser via son compte sur un réseau social, à l’humanité toute entière…

C’est un grand pouvoir mais aussi une immense responsabilité, et nombreux sont ceux qui après avoir commis une maladresse, avoir été mal compris ou s’être pris une volée de réactions négatives, n’osent plus s’exprimer en ligne.
Cela aussi se prépare et s’apprend, c’est un enjeu d’éducation essentiel que nous ne remplirons pas en évacuant les smartphones des adolescents de nos lieux, temps éducatifs et d’enseignement !
Enfin, vous me direz et les limites de la liberté d’expression, comment on les aborde ?
Et bien, en contexte d’exercice de la liberté d’expression, et ce n’est pas facile… mais sinon ce serait comme vouloir apprendre à nager sur un tabouret au bord du bassin.

Vous pouvez télécharger gratuitement le QDE 42 « Comment faire vivre les valeurs de la République », ici pour accéder à tous les articles.

https://www.unsa-education.com/Questions-d-Educ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s