Les héroïnes au secours de la littérature jeunesse

Les établissements scolaires, à travers leur CDI, et les médiathèques proposent nombre de livres et revues spécifiquement destinés à un lectorat jeunesse, ouvrages qui contribuaient – et contribuent encore – à reproduire une différenciation hiérarchisée et culturellement codifiée entre filles et garçons, notamment à travers la figure du héros ou du personnage principal d’un récit, d’un roman, d’une pièce de théâtre, le plus souvent masculin et doté d’attributs très valorisants au détriment des personnages féminins . 

Désormais, la roue a tourné. Les éditeurs de littérature jeunesse se sont penchés sur la question d’inverser la tendance, soit en privilégiant des discours éducatifs et didactiques rétablissant l’équilibre entre les deux sexes, soit en bousculant la tradition des schémas narratifs « classiques » en produisant des nouvelles histoires romanesques, souvent pleines d’humour, mettant aux prises filles et garçons dans des relations sociales revisitées et corrigées. 

La Bibliothèque nationale de France (BnF) a notamment édité une bibliographie pour enfants et adolescents dans le cadre de son centre national de la littérature pour la jeunesse. Ainsi, dans « Prince Arthur et princesse Leïla », un album destiné aux plus de 6 ans, ce sont les filles du royaume qui concourent entre elles pour épouser le prince. Celle que le prince aimera sera une princesse d’un lointain pays d’Orient qui aura trouvé le moyen de faire faire au prince les plats qu’il aime, de lui faire tricoter de ravissants chandails et de chanter pour elle mille sérénades.

Dans « La princesse et le dragon », la princesse Elisabeth est l’héroïne du conte. Elle pourchasse le dragon et sauve son prince des griffes du méchant animal. Mieux encore, dans les manuels scolaires du secondaire, les héros s’accordent désormais plus souvent au féminin ; on peut citer ainsi Katniss, héroïne du roman jeunesse « Hunger Games », ou Hannah, deuxième tome du roman à succès « La Rivière à l’envers », qui instaure sur un pied d’égalité narratif une héroïne et un héros au sein de la même fiction. 

Ressources :

Bibliothèque nationale de France (BnF)

Réseau Canopé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s